Nouveau

Par Ariane Denis, B.Com., Adm.A, Pl.Fin.

L’hiver, le vrai, a fini par nous rattraper. Le temps froid incitant au cocooning, pourquoi ne pas ajouter une activité à l’horaire : faire un budget! Ah non! Pas ça!

Mot honni, activité détestée, voire déprimante vous me direz, le budget est avant tout un outil précieux pour atteindre vos objectifs financiers ou, à tout le moins, ériger une barrière entre vous et un gouffre de dettes. Un budget est un plan qui détermine comment sera dépensé votre argent. Il n’y a rien de déprimant là-dedans!

Mais pourquoi est-ce si difficile d’établir et de respecter un budget? Voici quelques pistes :

Un budget, c’est plate…

Un budget ne semble peut-être pas palpitant au premier abord, mais il permet de suivre l’évolution de vos revenus, dépenses, dettes et épargne. Et c’est justement cette dernière partie qui est excitante! L’épargne permet de rêver, de se fixer des objectifs, que ce soit rembourser l’hypothèque dans 5 ans, prendre sa retraite à 60 ans, aller en vacances dans le sud durant la semaine de relâche, ou même s’acheter un petit luxe rien que pour soi. Le budget donne la liberté de choisir. Alors, commencez à rêver et à budgéter!

Je n’ai pas besoin de ça

Tout le monde a besoin d’un budget, même les gens qui gagnent beaucoup d’argent. La vie n’est pas linéaire et tout changement important (mariage, divorce, naissance, retraite, invalidité) a un impact sur les finances personnelles. Un budget permet de prévoir pour le court et le long terme, de naviguer à travers les changements et tenter de se maintenir à flot, sans sombrer dans une spirale de dettes. Comment pouvez-vous épargner maximalement pour votre retraite si vous ne connaissez pas votre épargne potentielle mensuelle ?

C’est compliqué

Un budget peut être ardu au début, mais au bout de quelques mois, le processus devient moins laborieux. Il faut se donner du temps. Un mois n’est malheureusement pas assez long. Un budget, c’est sur une année complète que ça se passe. Il ne faut pas se décourager! De plus, il existe beaucoup de façons de faire un budget, il faut seulement trouver LA méthode qui correspond à votre personnalité. Il existe une foule de chiffriers et d’applications pour téléphones intelligents ou tablettes qui sont faciles d’utilisation. Sinon, la bonne vieille méthode des enveloppes peut elle aussi convenir. Finalement, beaucoup d’outils sont disponibles pour faciliter la gestion d’un budget : les paiements préautorisés, l’épargne automatique, les relevés bancaires en ligne. Grâce à ceux-ci, une seule vérification mensuelle peut être nécessaire pour confirmer que tout roule comme sur des roulettes!

Bonjour, je vous présente La Réalité.

Un budget se doit d’être bon sur papier, mais il doit tenir le coup de la réalité. Il est primordial de ne pas sous-estimer les dépenses. Il faut faire un suivi des dépenses fixes telles que le loyer ou le versement d’hypothèque, les paiements d’auto, l’essence, les titres de transport collectif, les assurances, l’épicerie, le câble, l’Internet, l’électricité. Les dépenses variables comme les vacances, vêtements, anniversaires, divertissements et restaurants, demandent une vigilance encore plus assidue. Sans oublier les dépenses ponctuelles, qui reviennent une fois par année, par exemple Noël, les immatriculations, le permis de conduire, les taxes municipale et scolaire pour ne nommer que celles-là. Garder un œil sur ses dépenses permet d’avoir une vision globale de sa situation financière.

Trop de dépenses? Il vous faudra choisir quoi couper et évidemment, éliminer toutes les sorties au restaurant n’est peut-être pas réaliste. Un budget doit prévoir des gâteries, des trucs qui font plaisir, sinon le sentiment de privation et la frustration qui l’accompagne peuvent venir faire tout dérailler.

Et si par bonheur vous avez un excédent, alors augmentez l’épargne ou réduisez vos dettes! Maximiser le REER, rattraper les cotisations inutilisées dans le REEE, utiliser l’espace disponible du CELI ou bien faire un double paiement sur votre hypothèque, sont quelques options qui amélioreront votre situation financière.

Il y a toujours quelque chose… les imprévus

Oups! L’auto qui brise, le toit qui coule… Les imprévus qui font rager, enragent justement parce que la plupart du temps les fonds nécessaires ne sont pas disponibles. Voilà pourquoi le fonds d’urgence, communément appelé le coussin, est si réconfortant. Pas besoin d’utiliser le crédit, les fonds sont disponibles expressément pour des situations comme celles-là. Habituellement, il est suggéré d’avoir de côté une somme représentant trois mois de dépenses. Cela peut sembler beaucoup, mais imaginez si vous perdez votre emploi…

Il y a parfois aussi de l’argent qui tombe du ciel : un héritage inattendu, un boni plus gros que prévu, un gain de loterie. Au lieu de vous lancer dans les dépenses folles et dilapider rapidement votre trésor, il est plus sage d’évaluer, à l’aide d’un budget, comment répartir ce montant. Prendre un petit temps d’arrêt est toujours une bonne idée.

Alors cette activité?

En cette ère d’instantanéité, de gratification immédiate et de vouloir tout, tout de suite, le budget ramène à la réalité et a un petit quelque chose de tellement gratifiant lorsque les dettes fondent, que l’épargne augmente et que les objectifs fixés sont à portée de main.

Lire la suite ici »

Visitez le blogue de CONSEILLERS T.E.


Nos événements

Le 28 janvier 2016, un groupe d’employés de Conseillers T.E. partira vers la République Dominicaine pour participer au programme de bénévolat Live Different Builds. Live Different est un organisme de bienfaisance enregistré qui promeut l’altruisme plutôt que le matérialisme. Grace au programme Build, des citoyens ordinaires ont l’occasion d’avoir un impact positif sur le monde, […]

Lire la suite ici »

Apprenez-en davantage sur nos événements partout au Canada


Notre bulletin

Lorsque la première Grande course au CELI du magazine MoneySense a été lancée, en 2013, l’objectif était de découvrir ce que les Canadiens avaient réussi à faire avec le compte d’épargne libre d’impôt (CELI). De toute évidence, ils avaient réussi pas mal de choses, surtout s’ils avaient misé gros dans leur choix de placements. En effet, avant même que commence la course de 2014, le magazine avait déniché un couple qui avait placé tous leurs droits de cotisation combinés de 62 000 $ dans un seul titre coté en cents et qui avait depuis accumulé plus d’un million de dollars dans son CELI*. Nous n’irions certainement pas jusqu’à vous recommander de prendre un tel risque, mais il reste que la clé du succès, avec le CELI, est de miser sur la croissance. De plus, grâce à l’augmentation des droits de cotisation annuels, 10 000 $ à partir de cette année, le CELI est désormais un véritable créateur de richesse. Qui plus est, n’oublions pas qu’il est entièrement libre d’impôt!

Lire la suite ici »

Consultez la version intégrale de notre bulletin Stratégies